Choisir ses parents

Main de bébé dans celles de ses parents

Si on croit à la réincarnation, on pourrait se poser la question de savoir comment se passe l’arrivée du bébé auprès de ses nouveaux parents, comment l'âme choisit son incarnation.

Plusieurs traditions spirituelles enseignent que l’âme de l’enfant en devenir choisit ses parents. En fait, il ne s’agit généralement pas d’un choix raisonné, intellectuel comme quand on choisit quelque chose sur un catalogue mais d’une sorte d’attraction vibratoire.

On pourrait l’expliquer comme ceci : Une conscience non incarnée se sent invinciblement attirée par ce couple de parents, non sous leur forme physique, mais plutôt par l’énergie, la vibration particulière qui se dégage de chacun d’eux, pour le meilleur et pour le pire.

Cette attraction se fait, entre autre, à partir des vibrations, des émanations émises par les futurs parents. Et cela sous différents plans :
- Les liens karmiques (liens que l’on a noués dans des vies précédentes) peuvent jouer un rôle important. Ces liens karmiques nous amènent à retrouver les êtres avec qui nous avions des conflits et qui devaient encore être pacifiés. Le but ultime de ces retrouvailles d’âmes seraient alors de nous ouvrir à l’amour sans aucune limitation, c’est-à-dire de nous aider à dépasser nos différents, à nous éveiller, nous entraider, nous respecter, nous aimer, sans attente, sans jugement, sans comparaison ni manipulation. La famille comme opportunité de retrouver et de guérir ses blessures karmiques.
- Sous une autre forme, les liens karmiques peuvent influencer notre choix si nous avons eu une forte relation d’amour, pour continuer à nous accompagner, nous soutenir, à faire perdurer cette expérience. Et là ce n’est pas le choix sur base de la vibration des parents qui est prépondérant mais sur base de la proximité spatiale et temporelle avec la personne dont on est relié.
- De même des âmes d’un même groupe peuvent s’incarner à proximité les unes des autres car elles ont décidé d’accomplir quelque chose ensemble.
- Certaines âmes choisissent également des parents dont elles savent qu’elles pourront les aider à évoluer. Tel cet enfant, fils d’une mère toxicomane, qui par sa seule présence aidera sa mère à s’en sortir.
- L’âme peut aussi être attirée par des parents dont elle sait qu’ils pourront stimuler l’expression de ses qualités et l’aider à exprimer ce qu’elle est venue vivre et accomplir.
Souvent, l’âme de l’enfant choisit une qualité qu’elle souhaite plus particulièrement venir exprimer et /ou stimuler et ses parents et son entourage vont l’aider dans ce sens, par exemple la compassion, le lâcher prise, la tolérance, l’amour universel. Chaque membre de notre famille est alors là pour nous aider à révéler, développer ou transcender un aspect de nous-même. Dans ces conditions, lorsqu’une âme décide de revenir sur terre, elle rencontre ses Guides afin de définir ses choix d’incarnation, c’est-à-dire les facettes d’elle-même qu’elle souhaite expérimenter et développer, les leçons qu’elle a besoin d’apprendre et ce qu’elle choisit de venir guérir, créer, partager et accomplir dans la vie à venir. Le but premier de toutes les âmes qui s’incarnent est de parfaire leur évolution en apprenant à s’aimer, à reconnaître et à exprimer pleinement leur lumière et leur essence divine. L’âme définit ses « objectifs prioritaires de guérison ». Elle choisit aussi la contribution unique (ou plurielle) qu’elle souhaite apporter à la terre : « son mandat d’incarnation », c’est-à-dire les talents qu’elle souhaite exprimer et offrir à l’humanité pour contribuer à son évolution, par exemple participer à l’élévation du niveau de conscience en enseignant, en guérissant, en contribuant à préserver la nature, en créant de la beauté par des œuvres d’art … Elle choisit ainsi, avec les conseils de ses Guides, les parents et l’environnement les plus adaptés aux apprentissages et expériences qu’elle doit réaliser. De telle sorte que l’expérience acquise pendant cette vie choisie sera en parfaite adéquation avec son niveau de développement. Il arrive que l’âme ne choisit pas la vie future selon les conseils de ses Guides. Soit elle choisit une vie plus difficile que ce qu’elle est apte à assumer (afin de pouvoir augmenter l’acquisition d’expérience et ainsi diminuer le nombre de ses réincarnations) en prenant le risque de ne pas pouvoir la finir. Soit, elle choisit une vie trop simple et l’ennui risque tout autant de la finir prématurément.

Souvent, l’âme choisit un environnement familial et social qui lui assure la rencontre de certaines difficultés qu’elle a à revivre afin de les transcender. Elle choisit les parents qui pourront faire émerger à la fois le meilleur d’elle-même et les parties plus sombres pour qu’elle puisse les conscientiser et s’en libérer. Au-delà des parents, l’âme peut être attirée par une lignée familiale avec ses forces et ses problématiques, un pays et un contexte historique.

Quand l’âme fait ses choix d’incarnation, elle choisit les blessures karmiques qu’elle souhaite retrouver pour avoir une nouvelle opportunité de les transmuter. Cela signifie qu’en choisissant ces blessures, elle sait qu’elle va attirer à elle de façon quasi magnétique les parents, les circonstances et les rencontres qui vont les réactiver. Comme le but de l’âme à son niveau le plus élevé est de s’aimer et de s’accepter quelle que soit l’expérience vécue, elle va retrouver le même type de difficulté dans une incarnation suivante pour avoir une nouvelle opportunité de rencontrer, d’accueillir et de dépasser cette blessure et les jugements associés et cela autant de fois que nécessaire suivant l’adage qu’une leçon est répétée tant qu’elle n’est pas apprise.
Lorsque l’âme fait ses choix d’incarnation, elle n’est pas en contact avec ses mémoires karmiques, donc tout lui parait léger et facile, tant elle est reliée à sa source divine, l’âme est confiante en ses capacités de réaliser son plan d’incarnation, de dépasser ses anciennes erreurs, d’apprendre ses leçons, de développer les qualités qu’elle a choisi de développer et d’accomplir ce qu’elle souhaite pour aider la terre.
Elle sait que l’incarnation lui offre une puissante opportunité d’expérimentation et de croissance. C’est au cours de sa descente dans l’incarnation qu’elle retrouve peu à peu toutes ses limitations, c’est-à-dire la somme de toutes ses mémoires, croyances limitatives, et blessures non résolues. Plus l’âme descend vers les plans terrestres, plus elle quitte le sentiment d’unité qui prévaut dans les plans célestes pour entrer dans la dualité. Elle retrouve l’illusion qu’elle est séparée des autres et du divin. Elle se sent de plus en plus lourde et oublie peu à peu qui elle est dans son essence divine. Cela soulève en elle beaucoup de peurs et de doutes, notamment la peur de ne pas réussir son « mandat d’incarnation » et de perdre l’amour qui l’habite et le contact avec la lumière divine.
Cela explique les résistances à l’incarnation qui peuvent surgir à ce moment-là. Certaines âmes ressentent au cours de cette « descente dans l’incarnation » qu’elles ne se sentent finalement pas suffisamment prêtes et décident de rebrousser chemin. De nombreuses fausses couches trouvent leur origine dans ce processus. Tout ce qui n’est pas accepté et guéri, va donc être reproduit par l’âme pour avoir une nouvelle opportunité de le transmuter. Les événements de notre vie vont stimuler nos blessures karmiques jusqu’à ce que nous nous en libérions. Nous attirons inévitablement ce qui est en résonance avec notre blessure. Nous finissons ce que nous n’avons pas achevé, nous retrouvons les êtres avec lesquels une blessure est restée sans guérison et nous revivons des situations pour lesquelles nous étions restés sans solution.

Ainsi ce que nous jugeons chez nos parents, c’est ce que l’âme a choisi de venir rencontrer et guérir en nous. Cela a l’avantage de permettre une meilleure compréhension de la blessure et des prises de conscience nécessaires à notre évolution.

Quand un être s’affranchit d’une blessure karmique, il contribue à la libération de toute sa lignée familiale. Ainsi l’âme est attirée par des parents et par une lignée familiale avec des charges et des potentiels aptes à permettre son déploiement malgré les apparences.

L’âme de l’enfant vous « choisit » donc autant pour vos qualités et vos forces que pour vos ombres et vos faiblesses. Ainsi, à défaut d’être de parfaits parents, vous serez les parents parfaits, c’est à dire les plus appropriés pour votre enfant.

Cette prise de conscience peut soulager bien des peurs et des culpabilités !

Et pour aller plus loin :
- Le mythe d’Er.
- Le livre tibétain de la vie et de la mort.